Archive
MICH-EL-LE UNE FEMME D'UN AUTRE GENRE - CREATION
théâtre

En bref...

Le nouveau texte de Dunia Miralles ! Attirée par deux mondes à ses yeux très distincts, Michelle, « transgenre » de plus de 50 ans, sait à peine que d’autres comme lui/elle existent.

En complément...

Le texte de la pièce est paru le 28 octobre aux éditions l'Âge d'Homme

Mais encore...

texte et mise en scène Dunia Miralles
jeu Enrique Medrano
musique et chansons Louis Crelier
arrangement scénique Isabelle Breguet
maquillage Fabien Camponovo
costumes Doucette Follette
chansons interprétées par Marie-France

production Compagnie Latigo La Chaux-de-Fonds
coproduction Centre de culture ABC

Michelle est une personne enfermée dans un corps qui ne correspond pas à son ressenti et qui, pour vivre ce qu’elle est vraiment, se cloître à la maison durant ses congés, loin des regards de ses collègues et voisins.
Michel n’est ni artiste, ni coiffeuse, ni designer. Michel est maçon. Après ses journées sur le chantier et durant  ses congés, dès qu’il est seul, il enfile des vêtements féminins, se maquille et devient Michelle. Au travail, dans la rue, dans son club de tir, il est un homme parmi d’autres, un vieux garçon avec des petites manies dont on se moque.
Michelle ne milite pas pour la cause LGBT.
Michel ne défend pas la théorie des genres.

On apprend l’enfance de Michelle, ses premières expériences avec les vêtements féminins, sa vie amoureuse totalement vide, les chimères auxquelles elle se raccroche pour survivre, ainsi que sa dépendance à Internet, son dégoût pour un corps qu’elle hait. Tiraillé-e entre sa vie d’homme et sa sensibilité de femme, il/elle ne parvient à définir à quel monde elle/il appartient.

La pièce, montée dans style naturaliste, est destinée à un public varié. Attirée par le théâtre et le cinéma américains des années 1940 à 1970, en écriture comme en mise en scène, Dunia Miralles s’inspire des méthodes de l’Actors Studio.

Touche-à-tout remuante mais toujours réfléchie, Dunia Miralles écrit après avoir longuement observé les sujets qu’elle aborde. Les situations qu’elle analyse sont vécues dans sa chair afin d’en éprouver l’intensité, ce pourquoi son écriture - ses nombreuses publications en témoignent - est à l’opposé d’un style distancé. Ses mises en scènes sont rares, mais toujours extrêmement travaillées, à l’instar de MORGANE qui avait été représenté au Théâtre du Passage en 2001, durant La Semaine de la Littérature Suisse, avec les comédiennes Sandra Korol et Muriel Imbach.

Après un long et brillant cursus amateur, Enrique Medrano fait le pas du professionnalisme. On l’a applaudit à l’ABC dans LA MOUETTE et pour une remarquable performance dans LE MARIAGE FORCE. Il a aussi joué pour les Batteurs de Pavés.

« Après ce jour d’orage, ma vie entière est devenue un orage, avec ses vents dévastateurs, sa pluie rafraîchissante, ses éclairs pour m’éclairer ou me foudroyer…»
Dunia Miralles, MICH-EL-LE