scènes
en 1 coup d'œil
plus en détail

Z

SAISON TOUT PUBLIC ABC/TPR
de Cécile Chevalier et Franck Fedele  

Les marionnettes brutes mais sensibles de “Tête dans le sac”, pleines d’audace et manifestement ingénues, sont déterminées à se tailler un chemin à la machette à travers les 528 ans de l'histoire de la colonisation de l’Amérique (latine, particulièrement !).
Je 30 avril 19h00   annulé
Ve 1 mai 19h00   annulé
théâtre de marionnettes / dès 12 ans
env. 70 min.

Temple Allemand

Plein tarif 25.– / Réduit 15.– / Membres 10.–

en complément


Compagnie La Tête dans le sac

Z

SAISON TOUT PUBLIC ABC/TPR
de Cécile Chevalier et Franck Fedele  

conception, écriture, création des marionnettes, assistance à la mise en scène, jeu Cécile Chevalier, Franck Fedele
complicité dans l'écriture Adeline Rosenstein
musique  Géraldine Schenkel, Fred Commenchal
assistance à la création des marionnettes Emilie Poirier, Colette Pouliquen
lumière Flore Marvaud
mise en jeu et en scène Laurent Frattale
construction castelet Yves Mauffrey, Sylvia Faleni, Jérémy Page
aides artistiques et techniques Paille & Pierre Veyser, Grégoire Czech, Garance Schenkel

production Compagnie Tête dans le sac
coproduction Théâtre des Marionnettes de Genève (TMG)

Dans leur aventure humaine à la rencontre des plus petits, des dépossédés de ce monde, les marionnettes de “Tête dans le sac” vont cette fois s’aventurer sur d’autres terres, un autre continent, soulevant au gré de leur chemin 528 ans d’histoire et de lutte. Elles vont se retrouver confrontées aux liens sociaux et culturels tissés entre l'Europe, l'Afrique et les Amériques: une histoire de massacres de peuples autochtones, de dignité bafouée, d’esclavagisme et d’expropriations, de bateaux négriers, de pillages, d’ exploitation de richesses.

En quête des zones de dissidence, de révolte et de liberté, ces marionnettes sont bien déterminées à faire entendre une autre version de l’histoire : celle d’une histoire de l’humanité comme combat permanent des opprimés pour la liberté. Tournant leurs regards vers les bastions de résistance d’hier et d’aujourd’hui, elles joignent leur voix à ceux qui conçoivent l’histoire de l’humanité comme une anthropologie de la liberté, à ceux qui ravivent la mémoire des luttes passées pour nourrir celles d’aujourd’hui.

“... c'est l'argent qui permit d'élever des temples et des palais, des monastères et des tripots  ; il engendra la fête et la tragédie, fit couler le vin et le sang, enflamma la cupidité et multiplia le gaspillage et l'aventure. L'épée et la croix s'avançaient côte à côte dans la conquête et le pillage colonial.”
Eduardo Galeano, LES VEINES OUVERTES DE L'AMÉRIQUE LATINE
ZCaroleParodi1.jpgZPierreVeyser1.jpgZCaroleParodi3.jpgZCaroleParodi2.jpg