Archive
LA DERNIERE CHANCE Die Letzte Chance
Patrimoine audiovisuel

En bref...

Dans le cadre de la Journée du Patrimoine audiovisuel, le Département audiovisuel de la Bibliothèque de la ville (DAV) propose de dépasser les frontières cantonales et de redécouvrir un des grands classiques du cinéma suisse... Un film fort sur la question de l'accueil des réfugiés!

En complément...

Le film a été restauré en 2016 par la Cinémathèque suisse et la Schweizer Radio und Fernsehen (SRF), avec le soutien de MEMORIAV.

...

Mais encore...

avec Ewart G. Morrison, John Hoy, Ray Reagan
 
En collaboration avec le DAV - Département audiovisuel de la Bibliothèque de la ville de La Chaux-de-Fonds

Italie du Nord, 1943. Deux prisonniers de guerre alliés, un Anglais et un Américain, s’évadent d'un train. Recueillis par un curé de village, ils deviennent passeurs, prenant la tête d’un groupe de réfugiés qui tente de rejoindre la Suisse par la montagne… Tourné en 1944, le film aborde la question des réfugiés et la politique d'asile de la Suisse, ce qui lui valut quelques difficultés avec la Confédération durant la production.
 
Leopold Lindtberg est un antifasciste engagé. Originaire de Vienne, il émigre en Suisse dans le courant des années 20, où il travaille à la fois dans les mondes du théâtre (plus de 100 mises en scènes) et du cinéma (12 longs métrages). Avec DIE LETZTE CHANCE, il signe une nouvelle œuvre pleine d’humanisme qui remporte le Grand Prix à Cannes en 1946 et connaît un succès mondial. 
 
L’histoire de ce film n’est qu’un inoffensif conte de fée comparé aux faits réels. (…) Ce n’est pas un film pour ceux qui ont connu le malheur mais pour tous les autres, les heureux, les épargnés, afin que cela les incite à réfléchir. Leopold Lindtberg