Archive
A FAMILY OF HUMANS* - PART 2 - DAY 4 FESTIVAL PLURIDISCIPLINAIRE
ciné-expo-perfo-musique

En bref...

Du désir de Dejan Gacond de rassembler, autour de “l’image mouvante de Beth B” et des mots de Lydia Lunch, des institutions et milieux alternatifs, des gens plus ou moins connus et expérimentés, a surgi l'été dernier A FAMILY OF HUMANS*, un festival pluridisciplinaire et indiscipliné qui a dévoilé 1000 pépites. L'ABC se réjouit d'accueillir la PART 2, déclinée dans une forme un peu plus intime. Au programme du premier jour: expo, ciné, perfo, musique, et pour conclure, un DJ set !

En complément...

Il est possible (et même conseillé) de réserver pour le concert VERS LA FLAMME, en se connectant directement à l'événement.

Mais encore...

PROGRAMME
 
16h : projection de BLANK CITY  de Céline Danhier

16h30-17h30 : Anahita Bathaie – part 1 – parcours et trajectoire

18h : VERS LA FLAMME, Ensemble Contrechamps et Massicot

20h30 : Anahita Bathaie – part 2 – géographie éclatée

Dès 22h : Dj set BAB from Burning Sound Records
 



Un récit artistique aux formes esthétiques sans limite, guidé par une tension permanente. Celle de la double identité, celle de la vulnérabilité et de la force. Celle d’être une femme et une artiste aujourd’hui. Une dualité et des langages pluriels habités par des réflexions sociétales, culturelles et politiques. Parfois profondément transgressive, la voie empruntée est toujours animée d’une grande sensibilité comme d’une finesse narrative.

Anahita Bathaie est née en Iran en 1973 et s’installe avec en France avec sa famille en 1985. En 2004 elle est diplômée aux Beaux-Arts de Paris. A travers la performance, la vidéo et de multiples disciplines, elle développe un travail centré sur le corps et le langage, inspirée par des questionnements d’ordre sociaux, politiques et mémoriels.

Anahita Bathaie présente dans un premier temps son parcours et son travail en regard de la situation actuelle en Iran. Après le concert, elle propose une performance gustative autour de la « géographie éclatée » du peuple kurde et des échos entre leurs luttes et celles des femmes iraniennes.