Archive
CANDYMAN Les nocturnes de l'ABC
horreur

En bref...

J'ai grandi avec la projection de films d'horreur à 22h en week-end, de quoi bien se faire peur avec des ami·es, après un repas et quelques verres ! J'avais envie de partager cette manière d'aborder le cinéma d'horreur avec le public de l'ABC, et quoi de mieux pour commencer que mon boogeyman préféré : CANDYMAN. Sur deux week-ends, vous pourrez ainsi voir le remake de Nia DaCosta, et l'original de Bernard Rose de 1992. De quoi aiguiser votre œil critique sur les remakes !

En complément...

Ces projections particulières seront organisées quand l'actualité cinématographique le permettra ! Pas de panique donc si cela ne vous semble pas très régulier !
 
L’accès à partir de 16 ans est limité aux personnes munies d’un Certificat-COVID valide et d’une pièce d’identité.
Le masque n'est désormais plus obligatoire en salle mais le reste jusqu'au contrôle du Certificat-COVID à la caisse du Cinéma.

Bande-annonce...

Mais encore...

âge légal et conseillé 16 ans
D’aussi loin qu’ils s’en souviennent, les habitant·es de Cabrini Green, une des cités les plus insalubres en plein cœur de Chicago, ont toujours été terrorisé·es par une effroyable histoire de fantôme, passant de bouche à oreille, où il est question d’un tueur tout droit sorti de l’enfer, avec un crochet en guise de main, qui pourrait apparemment être convoqué très facilement par qui l’oserait rien qu’en répétant son nom 5 fois devant un miroir.

10 ans après que la dernière des tours de la cité ait été détruite, l’artiste peintre Anthony McCoy et sa petite amie Cartwright, directrice de galerie d’art emménagent dans un appartement luxueux, sur le site de l’ancienne cité, aujourd’hui complètement nettoyé et reconverti en résidence réservée à une classe sociale jeune et aisée.

Alors que la carrière d’Anthony est au point mort, il rencontre par hasard un ancien habitant de la cité d’avant sa rénovation qui lui raconte ce qui se cache réellement derrière la légende du CANDYMAN. Désireux de relancer sa carrière, le jeune artiste commence à se servir des détails de cette macabre histoire comme source d’inspiration pour ses tableaux, sans se rendre compte qu’il rouvre la porte d’un passé trouble qui va mettre en danger son équilibre mental et déclencher une vague de violence qui en se propageant va le forcer à faire face à son destin.