scènes
en 1 coup d'œil
plus en détail

LE RETOUR DE DOUDOU

d'après FRANKENSTEIN de Mary Shelley
de Marie Gaulis  

LE RETOUR DE DOUDOU s’inspire du roman FRANKENSTEIN OU LE PROMÉTHÉE MODERNE, écrit par Mary Shelley, jeune femme de dix-huit ans, au bord du Léman en 1817 et publié il y a exactement deux cents ans, en 1818. Marie Gaulis a imaginé la suite du roman, la vie éternelle de la créature (qui comme on le sait n’a pas de nom) et sa survie au sein d’une institution psychiatrique quelque part en Suisse.
 mémo  Je 15 février 19h00
lecture spectacle / dès 12 ans
env. 1h15

Théâtre ABC

Plein tarif 15.– / Toutes réductions 10.–

LE RETOUR DE DOUDOU

d'après FRANKENSTEIN de Mary Shelley
de Marie Gaulis  

conception et texte Marie Gaulis
d’après Mary Shelley
lecture Philippe Vuilleumier,  Aline Moser, Gilles Decorvet, Delphine Chatagny, Grégoire Gaudin, Thierry Hild, Julie Brahier
musique Gilles Decorvet
regard extérieur Marco Sabbatini
production Cie La Folie jardinière

LE RETOUR DE DOUDOU imagine de façon tragi-comique les retrouvailles entre un auteur et sa création, entre une femme perdue, comme sa créature, et accablée par la renommée de son œuvre, à savoir FRANKENSTEIN, histoire qui a en effet dépassé son temps et son auteur, et qui est devenue un mythe encore vivace pour notre époque troublée.

La pièce se situe dans un asile psychiatrique quelque part en Suisse, et se joue dans l’espace alterné du dedans et du dehors, mais toujours dans un lieu clos et légèrement paranoïaque, celui de la folie. Car c’est dans cette clinique protégée en quelque sorte du monde extérieur que la créature a trouvé refuge. Nommée Doudou par euphémisme et peut-être parce que, sous son aspect monstrueux, elle cache une «  petite âme qui palpite  » comme le dit l’un des protagonistes, la créature longtemps errante, privée de ses géniteurs, à savoir l’auteur du roman (Shelley) et le savant fou qui l’a fabriqué (le docteur Frankenstein), a enfin trouvé un point d’ancrage, une sorte de famille de substitution. L’arrivée inopinée de la «  dame en rouge  » va venir dangereusement compromettre cette illusion de calme retrouvé – mais ce n’est qu’une illusion, car la folie rôde et le souvenir sanglant de la Révolution française n’est pas très loin, en ce début du XIXème siècle industriel et utopique en même temps, qui rappelle un peu le début de notre siècle, celui de la toute puissance de la prétendue civilisation occidentale, celui des expérimentations scientifiques et médicales et, notamment, de l’invention de la psychiatrie. De tout cela, la pièce se fait l’écho, comme de l’irrémédiable solitude de toute créature, en un mode cependant burlesque et léger, car il n’est pas question ici d’alourdir le propos en faisant un théâtre militant ou didactique.

Spécialiste de la Grèce moderne, traductrice de Karaghiozis, Marie Gaulis est l'auteur de plusieurs romans, dont les derniers paraissent chez Zoé. Elle vit aujourd’hui à la Chaux-de-Fonds.


MaryShelley.jpgFrontispiceFrankensteinTheodorVonHolst.jpgDoudou3MarieGaulis.jpg