cinéma
en 1 coup d'œil
plus en détail
 

GHOST HUNTING

de Raed Andoni  

En reconstituant un centre de détention israélien, le cinéaste palestinien Raed Andoni déploie un dispositif collectif qui permet à d'anciens prisonniers d'affronter les fantômes du passé. Un film politique qui a reçu le prix du Meilleur documentaire au dernier Festival de Berlin.
Ma 13 juin 20h15
Ve 23 juin 18h15
 mémo  Ma 27 juin 20h45
 mémo  Je 29 juin 18h15
 mémo  Ma 4 juillet 18h15
documentaire / dès 16 ans
1h34 / F/Palestine/CH/Qatar / 2017

Cinéma ABC

Plein tarif 14.– / Réduit 11.– / Membres 10.–
 

GHOST HUNTING

de Raed Andoni  

Emprisonné à l'âge de 18 ans, le cinéaste palestinien Raed Andoni est encore hanté par ses souvenirs. Il décide de rassembler un groupe éclectique d’ex-prisonniers pour recréer Al-Moskobiya, principal centre d’interrogatoire d’Israël, où il a été lui-même incarcéré. Chacun puise dans ses souvenirs et, ensemble, ils recréent les cellules et reconstituent les scènes. Construit comme le making-of d'un film qu'on ne verra que par bribes, le dispositif passionnant permet aux participants de confronter leur mémoires, d'affronter leurs traumas avec courage et parfois avec beaucoup d'humour. La prison reconstituée est à la fois le lieu où se rejouent les scènes de torture, mais devient aussi et paradoxalement un lieu sécuritaire qui permet à ces hommes de parler enfin de leurs expériences, souvent ignorées.
 
Avec FIX ME, un documentaire sous forme de work in progress, Raed Andoni interrogeait avec un humour piquant l'impossibilité de développer son individualité dans la société palestinienne où la cause nationale et la famille passent avant tout. Avec ce deuxième long métrage, il poursuit ce travail militant pour la cause palestinienne, mais aussi critique envers celle-ci.
GhostHunting5.jpegGhostHunting4.jpgGhostHunting10-b.jpgGhostHunting2.jpgGhostHunting3.jpg

Bande-annonce Ghost Hunting