L'événement
en 1 coup d'œil
plus en détail
 

BiBi

Biennale internationale des Bobines d'ici
week-end de cinéma neuchâtelois  

3ème édition du BiBi, le rendez-vous consacré au cinéma neuchâtelois. Un événement organisé en collaboration avec Neuchâtel Films et le Département audiovisuel (DAV) de la Bibliothèque de la ville de La Chaux-de-Fonds
du 28 avril au 30 avril
Événements

au programme

BiBi

Biennale internationale des Bobines d'ici
week-end de cinéma neuchâtelois  

BiBi le festival du cinéma neuchâtelois est de retour avec de l’aventure et de grands espaces !
En ouvrant le festival avec un film sur l’Antarctique, nous donnons le ton de cette 3e édition : la nature et sa protection. Trois jours de balade dans des paysages féeriques tant au bout du monde que dans notre décor familer, ici à Neuchâtel. La Nature
est notre première thématique pour cette cuvée 2017, mais pas seulement… Le cinéma neuchâtelois a d’autres tours dans son sac : le portrait d’un Africain en Suisse, la vie du philosophe Alexandre Jollien en Corée ou une rencontre avec une maladie sournoise, la migraine…
Trois jours qui nous ouvrent à des thèmes riches et denses, mais aussi à tous les genres: clip musical, court-métrage, fiction, documentaire et même spot publicitaire d’hier et d’aujourd’hui. Si le BiBi représente des films en lien avec Neuchâtel — par leur lieu de tournage ou par l’origine ou le domicile de l’auteur — il se permet aussi des petites escapades comme ce film suisse allemand — Jane Birkin à l’affiche — dans un décor neuchâtelois imaginé et imaginaire.
Il y aura aussi une plongée au coeur des années 60, avec un programme centré sur 67, année de naissance du Centre de culture ABC ; une sélection concoctée avec le DAV pour le cinquantenaire de l’ABC. Période également charnière quant à l’histoire du cinéma neuchâtelois. Le Centre de culture ABC, Neuchâtel Films (association des cinéastes neuchâtelois) et le DAV vous convient donc à trois jours de rencontres avec le cinéma neuchâtelois — avec en prime une table ronde sur le cinéma romand et ce qui lui fait défaut : son financement.
BiBiVisuel.jpg