cinéma
en 1 coup d'œil
plus en détail
 

LA JEUNE FILLE SANS MAINS

de Sébastien Laudenbach  

Film dessiné à la beauté méditative, empruntant à l'esthétique des estampes japonaises, LA JEUNE FILLE SANS MAINS est une splendide ode à la liberté, une lecture fine d'un conte des frères Grimm, à découvrir toutes antennes ouvertes!
Ve 14 avril 16h00
Sa 15 avril 18h15
Di 16 avril 16h00
Lu 17 avril 20h45
Ma 18 avril 20h45
Me 19 avril 16h00
Je 20 avril 18h15
Sa 22 avril 18h15
animation / dès 12 ans
1h16 / France / 2016

Cinéma ABC

Plein tarif 14.– / Réduit 11.– / Membres 10.–
 

en complément

Reprise dès le 19 avril

LA JEUNE FILLE SANS MAINS

de Sébastien Laudenbach  

âge légal 10 ans âge conseillé 12 ans
Un meunier à bout de force, affamé et ruiné, vend sa fille au diable, contre une rivière d'or et l'illusion du bonheur. Protégée par sa pureté, la jeune femme échappe au diable, mais est privée de ses mains. Cheminant loin de sa famille, elle rencontre la déesse de l'eau, un doux jardinier et le prince en son château. 
Malgré la cruauté du conte des frères Grimm, métaphore sur la noirceur de l'âme humaine, Sébastien Laudenbach parvient à réaliser un film lumineux d'une infinie délicatesse. 
La qualification de film dessiné permet de souligner la singularité de ce long métrage. Les silhouettes, suggérées par quelques traits gracieux, se font et se défont. Lavis empilés, effets d'esquisse, gerbes de peinture : les couleurs surgissent en transparence, se superposent comme de subtils contre-temps, créant une matière picturale d'une grande originalité.
LA JEUNE FILLE SANS MAINS aborde des thèmes sombres tels que la vénalité, la lâcheté, la violence et la complexité des rapports parents-enfants. Grâce à une approche subtile et fidèle du conte des frères Grimm, le film échappe aux écueils des fables moralistes.
JeuneFilleSansMain4.jpgJeuneFilleSansMain1.jpgJeuneFilleSansMain2.jpgJeuneFilleSansMain3.jpgJeuneFilleSansMain5.jpgJeuneFilleSansMain6.jpgJeuneFilleSansMain7.jpg