scènes
en 1 coup d'œil
plus en détail

LE SACRE DU PRINTEMPS

PRECEDE DE MA MERE L'OYE
d'Igor Stravinsky et Maurice Ravel, par la Cie C  

Depuis 1913, le SACRE DU PRINTEMPS de Stravinsky et ses multiples audaces rythmiques ne cessent de fasciner musicien-ne-s et chorégraphes. A l’inverse de la présentation d’origine - et des nombreuses autres parmi celles qui ont suivi -, c’est une lecture relativement sobre que proposent les pianistes Coraline Cuenot et Amandine Savary, ainsi que la chorégraphe Laurence Sambin.
 mémo  Ve 19 mai 20h30
 mémo  Sa 20 mai 20h30
 mémo  Di 21 mai 19h00
danse /
1h / Suisse

Temple Allemand

Plein tarif 25.– / Réduit 15.– / Membres 10.–

en complément


Compagnie Cie C

en lien avec cet événement

LE SACRE DU PRINTEMPS

PRECEDE DE MA MERE L'OYE
d'Igor Stravinsky et Maurice Ravel, par la Cie C  

musique Igor Stravinsky, Maurice Ravel
chorégraphie et danse  Laurence Sambin
danse John Andrew Cunnington, Claudia Manes, Sara Buncic, Patrick Mangold, Kat Simblet
piano Amandine Savary, Coraline Cuenot
lumières Jérôme Bueche
costumes Wendy Amstutz
 
production Cie C
Dans cette version pour piano à quatre mains et danseurs/euses, il s'agit pour la Cie C de mettre en lumière ce que cette oeuvre avait d'extraordinaire au moment de la création : une composition hors normes et un argument chorégraphique sans intrigue. Ce sont ces éléments bruts qui ont provoqué une telle révolution, charnière dans l'histoire de la musique occidentale.

AUGURES PRINTANIERS, RONDES PRINTANIERES, JEU DU RAPT, JEU DES CITES RIVALES..., tels sont les titres donnés à chacune des parties par Stravinsky lui-même. Laurence Sambin s'est inspirée de ces danses pour créer une chorégraphie légère et enjouée, encouragée par la douceur et le jeu fleuri du premier piano, en contradiction avec les rythmes dynamiques et répétitifs de la partition.

En préambule du SACRE DU PRINTEMPS, choisir MA MERE L’OYE de Maurice Ravel n’est pas anodin. Ravel, contemporain de Stravinsky, fut un ardent défenseur de celui-ci lorsqu’éclata le scandale du SACRE en 1913. Si Ravel n’a jamais abandonné la tradition classique, il a su apprécier les sonorités et les compositions nouvelles de Stravinsky. Une attitude qui ouvre la réflexion sur notre capacité en tant qu’artistes à faire face à la nouveauté.
A l’occasion d’une première version du SACRE, en 2015, trois mondes artistiques étaient réunis en un : la danse, la musique et le théâtre de mouvement. Trois artistes se sont découvert une «palette commune» et l’envie de poursuivre sur cette voie. La Cie C souhaite ainsi mélanger des univers différents, des sensibilités opposées afin de créer des projets originaux, inviter des artistes d’ici et d’ailleurs, partager, créer.
 
SACREPierrePfiffner01.jpgSACREPierrePfiffner2.jpgMMOMontautL.jpeg